Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Tito Topin, blog-trotteur.

J'ai bien connu Dieu.

J'ai bien connu Dieu, nous étions ensemble à l'école, puis au lycée. Lui n'a pas continué ses études au-delà de la seconde. Il s'appelait Raphaël, mais nous l'appelions Bébert sans que personne ne sût jamais pourquoi. Toujours le premier à se marrer, toujours le plus mal noté. Son père avait un atelier de poterie d'art sur les hauteurs de la ville. Il travaillait surtout pour la clientèle des boutiques d'autoroutes. Sa spécialité consistait à modeler des moines rigolards assis sur des tonneaux, des notables bouffis soulevant d'énormes bocks de bière avec des rires gras, des mémères à la Dubout, des Manneken-Pis en terre cuite, des choses comme ça. Un jour qu'il était particulièrement fâché du carnet scolaire que lui ramenait Bébert, il le sortit illico du lycée et l'embaucha comme apprenti pour lui apprendre le beau métier de potier.

- Tu ne seras jamais riche mais au moins, tu n'auras pas faim, lui dit-il.

Il n'eut pas le temps de parfaire son enseignement car il mourut l'année suivante d'un accident de la route avec 5 grammes de super dans le sang alors qu'il était parti livrer une caisse de joyeux moines à une boutique Total, à la sortie de Nemours. Après quelques semaines d'incertitude, Bébert résolut de moderniser l'entreprise paternelle en lui donnant une orientation nouvelle. Négligeant les boutiques autoroutières, trop peu rentables à son goût, il créa un personnage destiné à séduire une clientèle plus jeune, un petit bonhomme mi-singe mi-poisson qu'il commercialisa sous le nom d'Adam. Le résultat était imparfait, une sorte de Ken en plus moche, mais les ventes suivirent. Encouragé par ce demi-succès, Bébert se laissa pousser la barbe et pour obéir aux demandes de plus en plus pressantes de son réseau de distribution, il lui prêta une compagne. Les commandes firent un bond, les perspectives les plus optimistes furent largement dépassées, les frontières franchies. Les deux petits personnages inondèrent le marché. À l'heure où nous mettons sous presse, Adam et Ève, les créatures de Bébert Dieu, sont plus de neuf milliards à travers le monde et ce n'est pas fini, les prévisions de vente sont de douze milliards en 2050.

Mais cela, Dieu ne le sait peut-être pas. Un jour, il n'est pas apparu, ni le lendemain, ni le surlendemain, ni jamais. C'était il y a une éternité. Certains affirment qu'il a eu honte de ses créations et qu'il s'est engagé dans la légion étrangère sous un nom d'emprunt, d'autres affirment avec tout autant de certitude qu'il a été arrêté pour avoir saccagé un rayon consacré à ses personnages dans un supermarché d'Amsterdam. Un de ses proches prétend qu'atteint de la maladie d'Alzheimer, Dieu se prend pour Napoléon. Rien ne permet de donner crédit à l'une ou à l'autre de ces hypothèses.

© Tito Topin

www.titotopin.com

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article