Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Tito Topin, blog-trotteur.

Une femme moderne

Je n’ai pas noté la station où elle est montée. Elle est apparue soudain dans la travée du bus, s’accrochant aux barreaux verticaux pour ne pas tomber, hésitante, menue, un mètre quarante tout au plus, engoncée dans un manteau matelassé qui la recouvrait jusqu’aux chevilles, avec sur la tête ce ridicule chapeau rouge en feutrine qui ressemblait à un pot de fleurs renversé et qu’elle avait enfoncé sur les yeux, au ras des lunettes. Elle portait sur l’épaule un sac hippie, un de ces sacs informes en mauvais tissu indien parsemé de bouts de verre dont elle avait raccourci la longue bretelle par un nœud. Elle s’est assise à côté de moi, a essuyé ses lunettes avec un pan de son sac avant de sortir Siné-Hebdo qu’elle a déplié et aussitôt replié en s’apercevant qu’elle l’avait déjà lu, du moins le pensé-je sur le moment. Ses mains tremblaient, ses poignets étaient déformés par l’arthrose. Elle a remis le magazine à sa place et farfouillé une bonne minute dans le fond de son fourre-tout, le visage immergé dedans. Pour finir, elle en a sorti Le canard enchaîné et s’est plongée dans sa lecture en remuant les lèvres. Tout d’abord, j’ai cru qu’elle lisait à voix basse et puis j’ai compris qu’il s’agissait d’un tic, celui des vieilles personnes qui replacent machinalement un dentier dans la bouche. À deux reprises, sa lecture l’a fait sourire.

Elle est descendue à la station Musée du Luxembourg et en la suivant du regard après que le bus ait redémarré, je l’ai vue s’engager dans l’entrée de l’exposition en clopinant sur des hanches douloureuses. Elle paraissait avoir rapetissé. Un grand panneau annonçait le programme d’une rétrospective. De Miró à Warhol.

(Chroniques du bus n° 84)

 

© Tito Topin

www.titotopin.com

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article